Breaking News

Parmi la soixantaines de rencontres que jai la chance de faire, la plupart auront ete marquees dune ambiance tres personnelle.

Parmi la soixantaines de rencontres que jai la chance de faire, la plupart auront ete marquees dune ambiance tres personnelle.

Serge Gainsbourg en avril 1988, Jacques Dutronc courant 1993 et Leo Ferre en 1984 mont ouverts des moments inoubliables.

who is sam smith dating 2018

Pour des raisons diverses. Ce fut i mon sens des instants privilegies que jamais, jeune journaliste, je naurais pense connaitre. Trois grands pour trois contacts vivants. Trois tronche a tete imprevisibles. Dans lordre, Leo Ferre, Serge Gainsbourg, Jacques Dutronc: a chaque fois, ce fut me concernant tel une sorte de petit miracle inattendu et si riche en humanite. Une humanite que l’auditoire ne va nullement suspecter si la chance ne lui ait nullement offerte de se retrouver dans lintimite des immenses stars.

Ainsi, en 1984, le fabuleux Leo Ferre se produit en concert a Evreux. Quelque peu curieux, je vais assister dans lapres midi a la repetition de le spectacle du apri?m. Nous ne sommes que 5 ou six dans la salle. Jentre limite sur la pointe des pieds, https://datingmentor.org/fr/localmilfselfies-review/ Afin de ne pas gener. Je massieds au sein d’ un endroit discret. Leo Ferre chante des couplets de deux ou trois documents de le repertoire. Ce que lon appelle dans le milieu la balance terminee, Leo Ferre descend d’la scene. Embrasse, au premier rang, le amie qui laccompagne et, ilregarde dans ma direction. Un sourire. Il sadresse a moi presque petrifie devant votre monstre d’une chanson francaise:

Vous serez au spectacle votre jour ?

Moi, bredouillant quelque minimum: naturellement Monsieur Ferre .

J’ai conversation se poursuit:

Puis-je vous reclamer une prestation ?

Cela pousuit: Des la fin de mon tour de chant, je sortirai de scene et mengouffrerai dans votre voiture que Vous allez avoir, sil vous plait, stationnee dans la cour de la salle . j acquiesce.

Je marche les details d’la soiree pour en venir a votre retrouve tres imprevue. Je revois encore Leo Ferre sortir des coulisses une couverture via le dos. Il entre je veux a larriere de mon automobile, suivi de le amie. Je demarre et les emmene en quelques minutes a leur hotel dans le centre dEvreux. Arrive sur place, Leo Ferre me tape sur lepaule et me devoile:

Garez votre voiture et rejoignez nous au salon de lhotel .

Interdit, je mexecute et rejoins le couple des minutes apres.

Un grand remerciements a vous, mon cher monsieur. Cest super sympathique. Vous prendrez bien le champagne avec nous. Installes lun i ci?te de lautre, ainsi, nous conversons. Nous parlons de tout. Sa richesse intelectuelle me pssionne. Dailleurs, pouvait on parler de rien en compagnie de Leo Ferre. Au bout dune petit heure, J’me leve et prends conge du hote.

Encore, merci de votre amabilite, me dit-il. Si vous venez votre jour a lun de faire mes spectacles sur Paris, surtout, je compte dans vous, prevenez moi. Je serai heureux de vous revoir .

Une excellente et franche poignee de main et, quelque part, a toutes les Anges, je pars la tete bouillante dune certaine fierte. Je ne lai pas revu. Leo Ferre sen a mange le 14 juillet 1993 a Castellina in Chianti en Italie. Meme Avec le temps (lune des plus bonnes chansons), je nai jamais oublie

Le 2 avril 1988, Serge Gainsbourg fete ses 60 ans a Rouen ou il se service sous 1 grand chapiteau. Plus de 8000 spectateurs, jeunes et un brin moins jeunes, lattendent et entonnent deja le prenom plus dune heure avant le debut du spectacle. Jai rendez vous a 20 heures avec cet incomparable createur dont jadmire les documents et nos musiques. Un fort beau moment. A deux aucun sa propre loge, je revise un brin mon interview. Puis, le producteur Gilbert Coullier, a qui je dois la majorite de mes rencontres dans le monde la chanson, me fait signe dentrer. Je frappe. Oui !

Me voila plante devant celui que lon appelait volontiers lHomme a J’ai tete de chou . Decontracte,tres souriant, Serge Gainsbourg me tend la main que je prends avec une telle reconnaissance du Grand chaleureux un journaliste parmi tant dautres. Il convient bien penser qua lepoque, sans doute un brin lasse avec l’integralite des inexactitudes que lon a deversees sur le nom et ses creations, Serge Gainsbourg reste lasse avec une certaine presse trop souvent malveillante. Pour le qui me concerne, laccueil reste plutot fraternel.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *